W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Paroles de producteurs

Baptiste Vialet – Ferme de Baumugnes – Hautes Alpes

PhotoBaptisteVialet_FermeBaumugnes

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier d’éleveur bio ?

Ce qui me plait le plus c’est le côté soin alternatif des bêtes. Nous sommes un petit groupe d’agriculteurs à avoir accroché avec la méthode OBSALIM® (une méthode de diagnostic et de réglage alimentaire fondée sur l’observation des animaux), nous essayons également des traitements homéopathiques, des traitements à base de plantes… et tous ces outils fonctionnent, donc c’est très valorisant !

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la Fête du lait bio ?

Lorsque la technicienne élevage du groupement des agriculteurs bio des Hautes-Alpes (Agribio 05) m’a proposé cet évènementiel, j’ai accepté car c’est une bonne occasion pour faire connaître mes produits ainsi que la conduite d’un élevage en bio au grand public. C’est important de montrer au public que soigner les animaux avec des pratiques vétérinaires alternatives, c’est possible. Je fais d’ailleurs partie d’une association vétérinaire de pratiques alternatives appelée ELIOSE qui rayonne dans toute la région, chez des éleveurs bio comme chez des éleveurs conventionnels.

Cette fête c’est également pour diffuser la nouvelle de l’arrivée de Biolait sur le département et pour voir dans un cadre festif les Amapiens avec qui on a tissé des liens!


 Marie Maurage – Ferme de la Tour des Pins – Marseille

PhotoMarieMaurage_FermeMarseille

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier d’éleveur bio ?

Le lait est l’aliment de base des enfants, de la vie. Comment peut-on imaginer que des nourrissons puissent boire du lait qui puisse contenir des hormones, des pesticides… Comment peut-on imaginer que ce qui  va permettre à un enfant de grandir va aussi les empoisonner ? La conduite de mon élevage et la fabrication de mon fromage en bio, c’est d’abord pour avoir des produits de la meilleure composition possible. J’ai besoin d’avoir un lait de qualité pour faire des produits fromagers de qualité.

Pourquoi avez-vous décidé de participer à la Fête du lait bio ?

La ferme pédagogique de la Tour des Pins a une situation particulière, puisqu’elle est située en ville, dans les quartiers nord de Marseille. Nous avons donc un rôle d’éducation sur les thématiques d’environnement et d’alimentation auprès de populations urbaines difficiles à sensibiliser. Celles-ci ne sont pas vraiment intéressées par les produits bios, mais sont les plus concernées puisque ce sont elles qui ont tendance à consommer le plus de produits transformés issus des industries agro-alimentaires, très sucrés ou très salés. Je pense qu’il est important de rendre accessible ces produits et ce mode d’agriculture…  organiser un évènement rural tel que celui-là prend une dimension tout autre ici.


Anne-Claude Borel – Ferme des Counières – Hautes-Alpes

photoACBorel_FermeCounieres PhotoMichelBorel_FermeCounieres

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier d’éleveur bio ?

Après être passés en bio, notre conduite technique a évolué, mais nous avons également changé d’un point de vue philosophique. Notre lien au sol est renforcé, nous avons conscience de ce qu’il abrite et cela a donné un sens profond à ce que nous faisons. Le discours est devenu cohérent, facile à comprendre, logique… et surtout il respecte les valeurs que nous avions initialement mais que nous n’avions pas développé jusqu’au bout. Lorsque vous comprenez ce que vous faites, c’est beaucoup plus facile.

Pourquoi avez-vous souhaité organiser la Fête du lait bio dans votre ferme ?

L’an dernier, la coopérative Biolait -le premier collecteur français de lait de vache biologique– a accepté de venir s’implanter dans le département. Ils font un pari sur l’avenir en se disant que d’autres éleveurs suivront, mais c’est aussi à nous de montrer sur le terrain que c’est possible. C’est donc important de faire parler de nous, pour donner confiance à ceux qui hésitent encore à franchir le pas de la conversion au bio.

Après un parcours difficile, aujourd’hui c’est aussi une sorte de récompense : nous avons mis 5-6 années avant de trouver et de mettre en œuvre des solutions de valorisation, mais on y est arrivé. La journée de la fête du lait bio, c’est donc aussi un peu une fête pour nous !

 

Propos recueillis par Cécile Adjamidis – Bio de Provence-Alpes-Côte d’Azur